bg



good news for etoy from the china market

just got the news from Zhang Ga:

Synthetic Times was awarded the jury grand award of Art China 2009 - The Most Influential Participants of Chinese Art, in the category of best exhibitions of 2009.
Other awardees  were Cai Guoqiang: I want to Believe, a Guggenheim traveling exhibition curated by Thomas Krens and Alexandra Monroe, and Dun Huang, curated by Fan DiAn. Among the nominees were, Shanghai Biennale, Guangdong Triennale, etc.

The Award ceremony took place at the Museum of Central Academy of Fine Arts in Beijing on Feb 28th 2009.

http://aac.artron.net/topic/2008/index_live.php

http://aac.artron.net/topic/2008/showpics.php?column_id=2008艺术中国- 现场图集 &column_name=现场图集&Ord=8

 Permalink

Article on etoy's appearance in Paris last spring

This article summarizes etoy's presentation in Paris last April. It contains a number of good points that seem to have come across. Makes the speaker happy ;-)
The emphasis is ours.

Le 30 octobre 2008, par art&flux
etoy.CORPORATION - Stefan Haefliger

04 Avril 2008 - École Nationale Supérieure de Beaux Arts, Paris.

Innovation durable: une stratégie ultra long-terme

MISSION ETERNITY est un culte digital des morts. Avec l’aide de milliers d’ANGES MISSION ETERNITY, etoy.CORPORATION envoie des PILOTES (des personnages emblématiques comme Timothy Leary, icône de la contre-culture et Sepp Keiser, pionnier du microfilm) au-delà de l’ultime frontière pour enquêter sur la vie après la mort, le plus virtuel de tous les mondes.

Innovation durable : une stratégie ultra long-terme

MISSION ETERNITY est un culte digital des morts. Avec l’aide de milliers d’ANGES MISSION ETERNITY, etoy.CORPORATION envoie des PILOTES (des personnages emblématiques comme Timothy Leary, icône de la contre-culture et Sepp Keiser, pionnier du microfilm) au-delà de l’ultime frontière pour enquêter sur la vie après la mort, le plus virtuel de tous les mondes. Dans ce projet à très long terme, etoy met en question la manière dont la civilisation humaine appréhende la mémoire (préservation/perte), le temps (futur/présent/passé) et la mort. « … etoy met le doigt sur une question critique, à savoir la relation complexe entre l’art et les affaires, entre la créativité artistique et la stratégie économique. Il y a dans l’art actuel un grand nombre d’allusions métaphoriques, narratives, associatives et matérielles au monde de l’entreprise, mais le dessein d’etoy est explicite : être une entreprise dans le milieu de l’art. etoy poursuit son objectif avec les ressources et les moyens de l’art, s’insérant ainsi dans la perspective culturelle de l’histoire et du milieu de l’art, ce qui explique le sens d’exaspération et de provocation souvent associé à son travail. La stratégie de revalorisation par laquelle une entreprise devient de l’art réveille des tabous et préjugés, notamment en ce qui concerne la séparation distincte entre l’art et les affaires prônée dans le milieu de l’art et ailleurs. Le processus de revalorisation fait partie cependant de toute création ou appropriation artistique pertinente, transformant les évidences et basculant les limites des frontières de l’art. » Dr. Simon Grand, économiste et entrepreneur

- http://www.etoy.com/

Compte rendu par Aurélie Bousquet

C’est au cours d’une belle journée d’avril que nous avons eu le plaisir de rencontrer Stefan Haefliger, représentant d’etoy.CORPORATION pour l’occasion. Cet agent etoy n’est pas artiste mais économiste ; d’ordinaire, il s’occupe des relations avec les investisseurs. La recherche de fonds, les systèmes financiers et la séduction relèvent de sa compétence, en font un précieux atout pour etoy, et un invité tout à fait passionnant dans le cadre de nos conférences.

Pour les personnes n’ayant pas pu assister à la conférence, je vous invite à en écouter l’enregistrement sur notre site, ainsi qu’à lire l’introduction à la conférence. Ne vous privez pas, en outre, de la visite du site internet d’etoy.CORPORATION. Vous y trouverez toutes les informations nécessaires à la découverte de leur aventure tant artistique qu’humaine.

Il ressort de cette conférence, tout d’abord, qu’etoy a tout d’une vraie entreprise, y compris du personnel compétent. Les films de présentation montrés sont d’un professionnalisme tout à fait stupéfiant, et Stefan Haefliger a un discours convainquant et enthousiasmant. Ce dernier a livré à l’audience des informations justes et riches et a su se montrer à l’écoute du public. Celui-ci, peu nombreux, a été tout autant séduit qu’intrigué par Mission Eternity. Ce projet, très riche par les questions qu’il fait émerger concernant la mémoire, l’oubli, l’enregistrement et les réseaux notamment, ne manquera pas de faire davantage parler de lui dans le futur.

Cette présentation par l’agent etoy.Haefliger a clairement fait apparaître le potentiel sous jacent des partenariats pouvant être mis en place avec des entreprises commerciales. Il n’est pas rare de voir des entreprises utiliser les artistes pour valoriser leur image et des artistes accepter de collaborer avec des entreprises uniquement par intérêt financier. Dans les partenariats que met en place etoy, les deux parties s’allient pour le bien des deux. Chacun est bien conscient de ce qu’il fait et des implications futures de ce partenariat. Aucun des deux n’est perdant, ni financièrement, ni du point de vue de l’image dans les circuits de distribution comme le marché de l’art. Etoy, mais également d’autres entreprises critiques, offrent donc peut-être le modèle d’un nouveau rapport des artistes à l’entreprise, qui serait un partenariat gagnant-gagnant.

Ces partenariats n’empêchent toutefois pas etoy d’être très vulnérable d’un point de vue financier, ses divers projets nécessitant souvent de lourds investissements – mais le résultat est, avouons-le, largement à la hauteur des risques pris.

Les actions et les actionnaires ont occupé une place centrale dans l’intervention de Stefan Haefliger – lui-même, comme tous les agents, payé en actions. Les actions vendues sur etoy ne sont pas placées en bourse. Aujourd’hui, sous doute faut-il s’en réjouir au vu de la crise financière internationale. Néanmoins, même si le prix des actions de cette entreprise artistique ne risque pas de chuter, quel va être l’impact de cette crise sur la vente des actions etoy ? La crise va-elle freiner l’intérêt que portent les collectionneurs à etoy ? Va-t-elle rendre plus timide les entreprises susceptibles de financer leurs projets ? La crise va-t-elle, en somme, perturber le fonctionnement, les avancées et les recherches d’etoy ?

Ces questions restent en suspend. Ce sera sans doute pour nous le prétexte d’une nouvelle invitation lancée aux agents etoy. Ils pourront ainsi nous informer du retentissement de la crise sur leur entreprise, ses agents et ses actionnaires.

 Permalink

Lancement du livre Les entreprises critiques a PALAIS DE TOKYO Paris

etoy in collaboration with Simon Grand contributed material for an interesting book that is now coming from the printing press.

Lancement du livre
en présence des auteurs

Les entreprises critiques
Critical companies

sous la direction de Yann Toma
avec la collaboration de Rose Marie Barrientos
le mardi 2 Décembre 2008 à 19h

à la librairie du Palais de Tokyo
13 av. du Président Wilson 75016 Paris

coédition CERAP  / Cité du design


--
http://www.art-flux.org

ART&FLUX

La ligne de recherche Art & Flux a pour vocation de rendre compte, sous un regard critique et scientifique, des actions et réflexions portant sur ce qui lie l'art et l'économie. La relation entre les artistes et les entreprises est centrale dans l'activité de ses membres.

Art & Flux interroge les processus liant art et économie manifestes dans les démarches artistiques incarnées par les « entreprises critiques », ainsi que dans d'autres expressions de l'art comportant une dimension économique. Plutôt que de s'intéresser à des oeuvres matérielles, Art & Flux investie le territoire de l'immatérialité et de la migration énergétique entre objet et idée, entre société et art. Elle convoque les notions d'autonomie de l'art et de distanciation esthétique. Elle distingue l'idée d'esthétique relationnelle et communicationnelle des véritables objectifs esthétiques et politiques de partage et de sociabilité.

Art & Flux initie des projets et s'entoure de partenariats d'entreprises ou d'institutions nationales et internationales. Elle s'offre comme plateforme d'un réseau de réflexion sur les problèmes qui intéressent les « entreprises critiques ». La ligne de recherche se compose avant tout de chercheurs engagés dans des problématiques en relation avec la critique artiste. La plupart des membres d'Art & Flux sont impliqués professionnellement dans le monde de l'art.

Art & Flux est intégrée au CERAP, Centre d'Étude et de Recherche en Arts Plastiques de l'Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne.

 Permalink
1-3/3
etoy.com twisting values since 1994